Nature et sociétés

Dynamique des paysages, services écosystémiques dans la réserve de biosphère transfrontalière du delta du fleuve Sénégal (RBTDS) : cas des communes de Ndiébéne Gandiol et de Diama.

Introduction

L’approche écosystémiques consiste en une gestion intégrée reconnaissant toute la gamme des interactions dans un système, les actions anthropiques plutôt que de considérer séparément, les problèmes, les espèces ou les services écosystémiques (L. VASSEUR et R. SIRON, 2019, p.6). La RBTDS est caractérisée, comme le reste de la vallée et du Delta du Sénégal par une forte irrégularité pluviométrique et une variété climatique marquée par de fortes températures qui varient entre 25°C et 35 °C selon les périodes de l’année (D. D. BA, 2018, p. 67 ; Ba et al. 2018, p.65 ; C. FAYE et al., 2019, p. 113 ; D. CISSOKO et al., 2019). Ainsi, le delta est marqué par l’aridité du fait de sa pluviométrie relativement faible et des températures élevées.

Caractérisation d’une variété de gombo et stratégies paysannes au Sahel : cas du « gombo du Damergou » dans le Département de Tanout (Niger)

Introduction

Pays sahélien et enclavé, le Niger se caractérise par des conditions écologiques et climatiques très sévères. Elles se traduisent par une baisse considérable des productions agricoles et pastorales. Cette situation est accentuée par une forte croissance démographique avec un taux d’accroissement naturel atteignant 3,9 % (RGP/H, 2012). En effet, du fait de ka récurrence d’années déficitaires, les productions enregistrées n’arrivent plus à satisfaire les  besoins des populations, notamment à cause de l’augmentation de l’effectif des personnes à charge dans les familles. Les sécheresses ayant durement éprouvé les pays sahéliens ont cruellement mis en évidence le ce décalage

Les enjeux sécuritaires dans l’espace maritime du Togo

Introduction

Le secteur maritime occupe une place importante dans le développement des Etats côtiers. Parmi les 54 pays africains, 38 sont des Etats côtiers ou insulaires occupant un espace maritime qui couvre des Zones Economiques Exclusives (ZEE) d’une superficie de 13 millions de km2 avec un plateau continental de près de 6,5 millions de km2 (SIDE EVENTS, 2016, p. 25). Ces espaces supportent les activités maritimes du continent à travers l’exportation des matières premières vers l’occident et l’importation des produits manufacturés de l’occident vers les pays d’Afrique. Ces échanges commerciaux entre l’Afrique et le reste du monde représentent 92 à 97 % du commerce international (A. HARDING et al., 2007, p. 9).

Dynamique et formes fluviatiles actuelles du fleuve Niger sur le secteur Tillabéri-Kollo

Introduction

Les études sur l’évolution des lits fluviaux sont de plus en plus nombreuses et intéressent des sujets interdisciplinaires. Ce regain d’intérêt tient d’une part, au fait que leur évolution géomorphologique devrait être la base de toutes les questions d’aménagement, de navigation et de lutte contre les crues etc. (J. TRICART, 1960, p. 210). D’autre part, les changements d’usage des terres sur les versants et le changement climatique ont créé un besoin urgent de mieux comprendre les interactions entre les processus hydrologiques, géomorphologiques et écologiques affectant les écosystèmes fluviaux (J.M BUFFINGTON et D.R. MONTGOMERY, 2013, p. 1). Les systèmes fluviaux deviennent aussi, des thèmes chers aux géographes, surtout francophones (H. PIEGAY et A. G. ROY, 2006, p. 1 ; J.M BUFFINGTON et D.R. MONTGOMERY, 2013, p. 1 ; A-F. GILLES et al, 2009, p. 110) dans la mesure où leurs études tentent d’apporter des éléments de connaissances sur les changements structuraux, les dynamiques actuelles, la surveillance des risques fluviaux. Malgré cet état de fait, G. ALINE et al, (2014, p. 280) rapportent qu’en Afrique de l’Ouest, peu d’études diachroniques ont été développées sur les dynamiques récentes de systèmes fluviaux sahéliens.